Arts du théâtre grec

Les Grecs avaient des habitants qui excellaient dans toutes sortes de métiers et ils avaient l’habitude de maîtriser leurs domaines respectifs, quelles que soient les restrictions qui leur étaient imposées. Bien que les Grecs aient été considérés comme d’excellents guerriers et athlètes, ils étaient également excellents dans les domaines artistiques tels que le théâtre, la poterie et le point de vue. Athènes était l’épicentre scolaire de la Grèce antique et portait le nom de la déesse de la sagesse, Athéna. Les théâtres grecs ont prospéré entre 500 et 300 avant J.-C., ce qui a eu un effet sur les arts du théâtre jusqu’à aujourd’hui.

Le théâtre était symbolisé par deux masques qui représentaient les masques utilisés dans la comédie et la catastrophe. Ils illustraient également la double nature de la vie. Le masque de la catastrophe avait une expression désagréable et endeuillée et le masque de la comédie avait une expression heureuse et souriante.

Des festivals étaient organisés pour honorer les arts du théâtre. Chaque année, au théâtre de Dionysia, nommé d’après le dieu grec du vin rouge et de la fertilité Dionysos, un festival était organisé pendant dix jours pour plaire aux dieux. Des écrivains et des poètes de toute la Grèce se rassemblaient pour se produire. Le programme se composait de pièces basées sur des tragédies ou des drôleries qui étaient suivies d’une courte farce. C’était à partir de la poésie d’Aristote. Il composait des chansons, connues sous le nom de dithyrambes, pour applaudir le dieu Dionysos à partir desquelles les histoires tragiques commençaient à progresser.

En 500 avant J.-C., un autre art théâtral a été découvert par Thespis. Il s’agissait d’une seule vedette jouant plusieurs rôles en utilisant différents masques pour séparer les personnages. À côté de lui, il y avait sur scène des conteurs et des commentateurs avec lesquels la star collaborait. Ce type d’art théâtral était reconnu comme un désastre, ce qui implique la peau de chèvre en grec. Il était soit nommé d’après l’occasion de sacrifier une chèvre aux dieux, soit d’après la peau de chèvre utilisée par les artistes. Des concours étaient organisés pour célébrer le théâtre de Dionysia. Thespis était la première étoile reconnue de la Grèce antique.

Aeshylus, en 471 avant J.-C., a introduit les pièces de théâtre avec deux acteurs qui interagissaient l’un avec l’autre en utilisant le dialogue. Une troisième étoile a été introduite par Sophocle en 468 avant J.-C. et les intrigues ont donc elles aussi fini par être compliquées. Mais chaque étoile devait interpréter différents personnages en utilisant des masques en conséquence. Les masques étaient si grands qu’ils couvraient tout le visage de la star, y compris ses cheveux. Le masque était sculpté avec soin car cela augmentait l’audibilité de la voix de la star. Ces masques étaient construits en lin ou en liège, c’est la raison pour laquelle les archéologues n’en ont pas trouvé de trace. Les statues sculptées et les peintures représentaient des étoiles utilisant des masques ; c’est ainsi que les informations ont été recueillies. Les accessoires n’étaient pas encore utilisés, car les dimensions du théâtre étaient si grandes qu’elles réduisaient la visibilité des spectateurs assis aux niveaux supérieurs. Pour compenser, les stars ont eu recours à la pantomime. Cela signifiait également que les stars portaient des robes intenses et des maquillages criards pour attirer l’attention du public. En outre, les acteurs portaient des bottes à talons hauts et de gros gants pour être plus visibles. Les histoires ne tournaient pas seulement autour de Dionysos, mais étaient également basées sur d’autres personnages de la mythologie grecque.

La structure du théâtre de l’époque s’appelait Theatron. Ils étaient à ciel ouvert et construits sur les pentes, la disposition des sièges pour les spectateurs étant en forme de cercles ascendants. Les théâtres étaient créés de manière à ce que la voix des artistes puisse atteindre le plus grand nombre de spectateurs assis. Dans le théâtre d’Epidaure, on peut entendre le bruit d’une épingle tombée depuis la rangée la plus haute. Les trois éléments essentiels du théâtre, en Grèce, étaient l’orchestre ou la plate-forme, sur laquelle se déroulait la représentation, le Skene, un bâtiment qui servait de coulisses et d’arrière-plan à la pièce, et le dernier élément, le public.

Dans tous les théâtres, le public et les acteurs étaient uniquement des hommes, car à l’époque, les femmes étaient considérées comme un groupe défavorisé. Les acteurs, ainsi que le chœur, pouvaient dialoguer ou même chanter selon les besoins. Des tenues profondes et d’énormes masques étaient portés lors de l’exécution des fonctions et constituaient la marque distinctive du théâtre grec.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *